Type de document : Research Paper

Auteur

Maître assistant, Université Allameh Tabataba’i, Iran

Résumé

— Il existe des termes liés en didactique qui ne sont pas capables de caractériser leurs efficacités conceptuelles lorsqu’on les emprunte dans les échelles variées des analyses linguistiques. La définition hâtive des termes à savoir, « langue maternelle », « langue étrangère », « langue native », « apprenant » etc., loin de toute politique linguistique ne se construisant pas autour de la notion de langue, souffre d’une insuffisance interprétative. Dans les contextes linguistiques et notamment l’appropriation des langues, ces termes ne sont pas lapidaires pour suivre la totalité d’un processus complexe. La néoténie linguistique déclare en toute explicite que les appellations en question souffrent d’une insuffisance conceptuelle et d’une opacité interprétative n’ayant pas un support scientifique adéquates qui régissent la rigueur épistémologique. Dans cet article nous évoquons l’aspect terminologique de la néoténie linguistique s’inspirant de la psychomécanique du langage de Gustave Guillaume qui propose les termes remplaçant à des termes non adéquats (« langue maternelle », « langue étrangère », « langue native », « apprenant ») en didactique via la répartition tripartite temporelle. Nous verrons que le lien cognitif entre le locuteur et les langues s’astreint à suivre un passage opératif du temps guillaumien, de la puissance à l’existence, voire, du virtuel au réel.

Faits marquants

Extended abstract

Reading out of the Terminological Aspect of Linguistic Neoteny in Accordance with those of Language Teaching

Reviewing the historical aspects of linguistic theories of the previous century, we figure out that sciences of language, and precisely linguistics, are linked to a certain number of additional disciplines which allow for the emergence of new epistemologies such as neurolinguistics, psycholinguistics, sociolinguistics, etc. Undoubtedly, this fact makes it possible to focus on the nature of the findings which result from different linguistic activities as well as the cognitive processes which are due to such activities. Although the overwhelming majority of linguists are more interested in the function and the use of linguistic elements, the mental component of language conditioning utterance in all its variety does not seem to be as important. This component which originates from all linguistic operations performed can be described through terms like mentalism and intuition, which offer linguistics an ontological dimension closer to the immanence of being. We must not forget that in all languages, there are abstract properties which are not visible from the outside. According to Guillaume, the universe in which we are in contact is an interior universe: the universe of the thinkable in which our representations form within us.

It is obvious that the difficulty of observation, especially in the field of psycholinguistics and sociolinguistics, becomes greater when it comes to examining facts and results. These fields study the elements that are ignore at the end. The definitional inadequacies and the terminological achievements of the language sciences prompt us to question the advisability of occupying a place in the field of scientific activity that existence confers on man. The linguistic novelty devoted to the relationship between linguistics and cognitive sciences takes us away from the simple repetition of traditional names, both opaque and inadequate resulting in a naivety of meanings and interpretive opacity. Names which are observed through chronological criteria are conditioned by the passage of time. They underline the impact that the anteriority of one of the languages learnt has on the others, given the consequences that this inequality creates for the speakers. From a didactic point of view, there are two types of speakers: one who has knowledge of a language and one who is in the process of learning a language. The didactic names the former the “native speaker”, that is to say, one who expresses himself via this language since his birth. However, it turns out that it is a naive name because as long as domicile learning, or learning due to immigration are concerned, didactics are not able to offer a suitable name.

 

How, then, do we define the term “learning” a language when only a considerable minority of bilinguals learn the language in the classroom? What can we call the mode of learning of other “learners” who appropriate a language in places other than language classrooms? How can we define motherhood of the mother tongue and the strangeness of the foreign language in the complex domain of monolingualism and bilingualism in linguistic reality? Didactics do not offer much help in dealing with terminologies that are intended to be more realistic.

The naivety of meanings and the interpretive opacity of terms such as “foreign language”, “mother tongue”, “native language”, “learner” and many other terms prompt linguistic neoteny to lean towards new terms because maternal language is the one the child acquires through contact with the familial environment where he is raised. Therefore, the acquisition of a language is not done exclusively through contact with a biological mother. On the other hand, concerning foreign languages, it must be clarified that the possession of a language is not limited to geographic boundaries. In addition, the language acquired at an early age is not necessarily the one easily spoken in adulthood.

Therefore, in this article, we try to analyse the terminological aspect of linguistic neoteny which proposes new terms to replace those in didactics, namely, “foreign language”, “mother tongue”, “native language”, and “learner” which - it seems to us - are not able to answer the questions above. To this purpose, we first analyse the guillaumian theory which continues to be the source of inspiration for linguistic neoteny. Subsequently, we schematize the approach followed by linguistic neoteny. In the end, we do not hesitate to answer the above questions with the new terminological aspects linguistic neoteny offers us.

 

Keywords— Language in pose, Language in fieri, Language in esse, Confirmed speaker, Unconfirmed speaker.

Selected References

[1]    BAJRIC Samir, « Quelle(s) langue(s) parlons-nous ? Problèmes de transfert Et de traduction de concepts », Revue Syntaxe et sémantique, vol.1, n° 7, 2006, pp. 107-122.

[2]    BAJRIC Samir, Linguistique, cognition et didactique. Principes et exercices de linguistique- didactique, Paris : PUPS, 2013.

[3]    GUILLAUME Gustave, Leçon de linguistique, (1938-1939), série A, Volume 12, Presse universitaire de Septentrion, 1993.

[4]    GUILLAUME Gustave, Leçon de linguistique, (1943-1944), série A, Volume. 10, Esquisse d'une grammaire descriptive de la langue française II. Lille : Presses universitaires de Lille, 1991.

[5]    GUILLAUME Gustave, Leçon de linguistique, (1948-1949), série C, Grammaire particulière du français et grammaire générale IV. Paris : Volume. 3, Québec, Les presses de l’Université Laval Klincksieck, 1973.

[6]    GUILLAUME Gustave. Temps et verbe : théorie des aspects, des modes et des temps. (1929) (Suivi de : L'architectonique du temps dans les langues classiques.), Paris : Librairie Honoré Champion, 1984.

[7]    SAUSSURE Ferdinand -De, Cours de linguistique générale, Paris : Édition critique préparée par Tullio de Mauro, 1972.

Mots clés

Sujets principaux

I.      Introduction

L’HISTOIRE des théories concernant la linguistique du passé, nous indique que les sciences du langage et précisément la linguistique sont liées à plusieurs sortes de disciplines annexes qui permettent ainsi l’émergence d’une épistémologique nouvelle comme neurolinguistique, psycholinguistique, sociolinguistique etc. Ceci permet sans doute de se focaliser sur la nature d’un aspect résultatif s’inspirant des activités variées langagières ainsi qu’aux processus cognitifs qui proviennent de ces activités. L’écrasante majorité des linguistes s’intéressent plutôt au fonctionnement et l’usage des éléments linguistiques alors que la composante mentale du langage, qui impose les conditions de l’énonciation dans toute sa variété ne s’importe pas autant. Cette composante venant de l’ensemble des opérations linguistiques accomplies, qui peut être décrite à travers les notions de mentalisme et d’intuition qui offre à la linguistique un aspect ontologique plus proche de l’immanence de l’être. Il ne faut pas oublier que dans toutes les langues il existe des propriétés abstraites, imperceptible de l’extérieur. Selon Guillaume, « l'univers avec lequel nous entrons en contact est un univers intérieur : l'univers du pensable, celui que constituent en nous nos représentations. Cette intériorité ajoute beaucoup aux difficultés de l'observation ». (Guillaume, 1973, p. 37) Il est évident que la difficulté d’observation surtout dans les domaines de la psycholinguistique et la sociolinguistique devient plus perceptible lorsqu’il est question d’examiner les faits à partir des résultats. Elles s’interrogent sur les éléments dont elles ignorent le résultat final. Les insuffisances définitoires et les acquis terminologiques des sciences du langage incitent à s’interroger sur l’opportunité d’occuper une place dans le domaine d’activité scientifique que l’existence confère à l’homme. C’est la raison pour laquelle, la néoténie linguistique se définit comme la théorie du locuteur inachevé. Sa nouveauté linguistique consacrée aux relations entre la linguistique et les sciences cognitives nous éloigne de la simple reprise des dénominations traditionnelles, tant opaques qu’inadéquates résultant une naïveté de significations et de l’opacité interprétative. « Apprendre davantage sa langue in esse revient à exister davantage à travers elle, et à compléter son être ». (Rezapour, 2019, 192). Les appellations qui sont observées par le critère chronologique conditionné par le temps qui passe. Elles soulignent l’impact que l’antériorité de l’une des langues appropriées produit sur les autres, comptes tenus des conséquences que cette inégalité crée chez les locuteurs. Du point de vue didactique, il existe deux types de locuteur : Celui qui dispose d’une connaissance d’une langue et celui qui est en cours d’apprendre une langue. La didactique lui donne l’appellation « locuteur natif », c’est-à-dire, celui qui s’exprime via cette langue depuis sa naissance. Il s’avère qu’il s’agit d’une dénomination naïve pour la simple raison qu’en ce qui concerne un apprentissage à domicile, ou celui issu d’un déménagement, voire une immigration ou un apprentissage subordonné et surtout lors de remplacement de la première langue avec une deuxième la didactique n’est pas capable d’offrir une appellation propice. D’un autre côté, le terme apprenant se définit, par les didacticiens comme un individu acteur de la classe (dans un cours de langue) et que cet « apprenant » se considère comme bilingue à un certain moment. Comment pouvons-nous définir l’expression « apprendre une langue », alors que seulement une minorité considérable des bilingues apprennent la langue en classe. Comment peut-on appeler le mode d’apprentissage des autres « apprenants » qui s’approprient une langue dans les lieux autres que les classes de langue ? Comment peut-on définir la maternité de la langue maternelle et l’étrangeté de la langue étrangère dans un domaine complexe de monolinguisme et bilinguisme dans la réalité linguistique ? La didactique, dans son intégralité, nous laisse seuls avec les terminologies qui sont prévues d’être plus réalistes. « Tout auteur qui réutilise un terme existant en lui donnant un sens nouveau doit le définir explicitement » (Béjoint et Thoiron, 2000, p. 12).

La naïveté de significations et l’opacité interprétative des termes comme « langue étrangère » et « langue maternelle », « langue native », « apprenant » et plusieurs d’autres termes incite la néoténie linguistique à se pencher vers les nouveaux termes car la langue maternelle est celle que l’enfant acquiert au contact du milieu familial où il est élevé. Donc, l’acquisition d’une langue ne se fait pas exclusivement au contact d’une mère biologique et d’autre part, concernant la langue étrangère il faut dire que la possession d’une langue n’est pas limitée à l’intérieur de frontières géographiques. En plus, la langue acquise à un âge précoce n’est pas forcément celle que l’on pratique aisément à l’âge adulte. Or, dans cet article nous tentons donc d’analyser l’aspect terminologique de la néoténie linguistique qui propose les nouveaux termes à remplacer ceux en didactique à savoir, « langue étrangère » et « langue maternelle », « langue native », « apprenant » qui - nous semble-t-il – ne sont pas capable de répondre à des questions supra. Ce faisant, nous analysons d’abord la théorie guillaumienne qui se maintient comme la source de l’inspiration de la néoténie linguistique et ensuite nous schématisons l’approche que suit la néoténie linguistique. En fin de compte, nous n’hésitons pas à répondre à des questions ci-dessus avec les nouveaux aspects terminologique la néoténie linguistique nous propose.

II.       La Théorie Guillaumienne ; Emergence De La Néoténie Linguistique

Pourquoi la linguistique guillaumienne ? La réponse n’est pas difficile. Samir Bajrić ne cache pas que la source d’inspiration de sa théorie de la répartition tripartie concernant les types de langues - dont on en parle bientôt - est issue de la théorie du temps verbal de Gustave Guillaume. Il demande recours à une appellation ladite théorie d’un locuteur à l’état psycholinguistique pendant l’appropriation d’une langue dans un continuum synchronique. Le théoricien de la psychomécanique du langage (1883-1960) se focalise sur la demeure intime du langage lié à la pensée du sujet parlant. Il s’accorde donc sur le fait de parler comme une activité psycholinguistique. Le sujet parlant maîtrise déjà une langue pour accéder à la communication. Cette possession linguistique le rend capable de s’exprimer à travers l’acte du langage. Guillaume appelle l’aspect résultatif de cet acte du langage, le discours.

Le processus du discours guillaumien est quasiment divergent de celui de De Saussure. Le précurseur du structuralisme en linguistique pense que le système complexe se définit comme « une totalité d'éléments reliés entre eux par un réseau de relations, dont l'organisation en niveaux hiérarchiques, fait émerger à chaque niveau de nouvelles propriétés spécifiques, non explicables à partir des propriétés du niveau inférieur » (Tullio de Mauro, 1972, p. 107). S’il en est ainsi, l’énoncé est composé en nouvelle limite du langage - comme la formule suivante - qui l’empêche d’être une somme mécanique de deux systèmes autonomes de « langue » et « parole » :

« langage = langue + parole (discours) »

Il tente donc de le faire croire l'approche analytique propre aux courants structuralistes. En revanche, Guillaume voit la complexité du langage comme un « système de système ». Il trace, un passage obligé de la langue au discours intitulé la transition qui est indiqué sous la forme d’un vecteur inscrit entre les termes extrêmes du phénomène linguistique. Dans La leçon du 20 février 1948, série C, il propose le schéma suivant : (Guillaume, 1973, p. 45)

 

 

            Schéma1. L'équation saussurienne reformulée par Guillaume

D’après l’équation proposée par Guillaume, le langage se définit comme un tout formé par la successivité des deux composantes « langue » et « parole ». D’après Guillaume, le locuteur dispose d’une langue en lui qui reste alertée pour rendre service. Lors de l’expression, le locuteur ne passe pas de la langue à la parole (d’après l’idée saussurienne). Le processus consiste en un passage de langue à la parole effective, c’est à dire, d’une parole virtuelle (parole idée) non physique, silencieuse, que le psychisme des unités de langue véhicule, joint au psychisme de la langue, à la parole actuelle, effective et physique.

Comme mentionné supra, si nous admettons avec Guillaume que le fait de parler est une activité psycholinguistique il faut admettre au fur et à mesure que cette activité nécessite le temps pour la réalisation. « Il faut du temps pour penser et pour parler comme il faut du temps pour marcher. »1 Il pense que les opérations préalables à la construction de toute pensée linguistiquement exprimée du locuteur se véhiculent via un temps opératif impossible à mesurer compte tenue des capacités scientifiques actuelles. Il propose donc le schéma suivant comme une transition du langage puissanciel au langage effectif ; de la langue au discours. (Lowe, 2007, p. 50)

 

 

Schéma II. Ordre de concevabilité opérative de la langue au discours

 

D’après le schéma II, cette activité de transition consiste à utiliser le contenu de la langue en vue de construire un discours étendu. Le langage faisant partie de la langue se définit par Guillaume comme une construction innée. Il l’appelle un héritage « que nous avons fait depuis notre naissance de ceux avec qui nous avons vécue » (Guillaume, 1991, p. 95) depuis la naissance. Ainsi la langue se maintient chez le locuteur et existe de façon permanente dans la pensée et l’existence du discours guillaumien et s’émerge dans le fait de parler. Il pense qu’« un moment donné nous tirons des moyens qu’elle (la langue) tient en permanence à notre disposition » (Guillaume, 1991, p. 96). Il en sort donc que dans la répartition triple du langage proposée par Guillaume, le langage désignant un état dépourvu de toute possibilité d’existence mais en tant qu’une réalité en puissance, l’acte du langage qui fait partie d’un langage en cours d’exister et celui qui s’installe dans la pensée du locuteur pour cesser d’être le discours. Dans ce discours le langage existe et surtout insiste sa présence comme une réalité. On comprend mieux l’idée du linguiste quand il dit « qu’un élément de langue comme le substantif existe en puissance avant d’exister en effet. De sorte que le sujet parlant, dans l’instant où il est pensant/parlant, le prenne à la puissance et le porte à l’effet ». (Guillaume, 1973, p. 19) Nous schématisons donc ce processus qui démontre l’opération de la langue au discours : (schéma III)

 

 

Schéma III. La représentation du temps guillaumien

 

Cette transition du langage puissanciel au langage effectif prend un temps opératif pour se réaliser. Il exige donc l’effection des opérations variées de pensée prévue par la langue en cours de construction de la genèse du signifié de chaque terme sollicité à pénétrer dans les composantes d’un énoncé. En ce qui concerne la deuxième étape, le temps nécessite l’effection des opérations de la pensée prévue par la langue afin de créer le lien des contenus de signification des compositions de l’énoncé. En fin de compte, le temps s’impose par l’effection des signes - c’est-à-dire la transition des signes puissanciels aux signes effectifs. La prononciation de chaque unité constituant de l’énoncé s’effectue à travers cette transition. La néoténie linguistique s’inspire de ce processus de la psychomécanique du langage.

III.    Guillaume Et La Théorie Du Temps : In Posse, In Fieri Et In Esse

Guillaume insiste sur le fait que la puissance précède toute existence, car il défend toujours l’idée de l’existence des liens entre la structure de la langue et celle de la pensée dans son œuvre intitulé Temps et Verbe (1929). Il se focalise sur la conception du temps notamment celui du verbe français. Il pense que tous les modes et les temps verbaux français forment un système qui rend le locuteur capable de situer son discours. Une étape avant l’acte de parole l’image-temps se crée dans la pensée. D’après ce qui est mentionnée supra, il s’agit d’un passage du virtuel au réel, de la puissance à effection. Il va de soi que la spatialisation du temps déjà forgé dans l’esprit de tout être humain, se représente à travers le verbe. L’existence de représentation chez le locuteur s’émerge par l’emploi du verbe. Le processus de la spatialisation du temps s’opère par la chronogénèse (naissance des temps verbaux) consistant de trois procès appelés chronothèse. Cette chronogénèse qui forme l’image du temps est un processus de trois étapes qui se succèdent l’une après l’autre pour pouvoir finalement matérialiser, voire, devenir réel. À titre d’exemple la saisie initiale de « venir » comme le mode quasi nominal est considéré comme chronothèse n°1, « qu’il vienne » dans le mode subjonctif se caractérise comme la saisie médiane dans la chronothèse n°2 et la saisie finale « il vient » dans le monde indicatif se définit comme chronothèse n°3. Guillaume utilise les trois termes latins in posse, in fieri et in esse dans cette théorie du temps verbal en français. Il pense que le temps verbal se divise en trois moments différents dans lesquels le locuteur est capable de placer des verbes. Le temps in posse, le temps in fieri et le temps in esse. (Schéma IV)

 

 

Schéma IV. Les temps verbaux guillaumiens

Guillaume aperçoit le temps in posse, comme le temps en puissance qui se présente par les modes nominaux, comme l’infinitif et les participes (présents et passé) comme le verbe « venir » que nous avons évoqué comme exemple. Le verbe ne présente pas le temps mais l’image du temps figé. D’après l’idée guillaumienne, il en ressort qu’il s’agit d’un temps de départ qui ne se réalise pas.

Le linguiste propose le temps in fieri comme le temps en cours de devenir, mais pas encore réalisé. Le mode subjonctif en est l’exemplaire saillant, qui « confère au verbe le caractère proprement verbal [...] qui ne comprend pas encore la division du temps en époques, mais qui laisse apercevoir comme prochaine cette division » (Guillaume, 1993, p. 156). Il s’agit donc d’une image du temps pas encore inachevé, toujours virtuel mais capable d’exister. C’est pourquoi « employer un substantif ou un verbe à l’infinitif entraîne des variations de sens dont le locuteur a la maîtrise ». (Rezapour, 2019 : 3) La troisième étape proposée par Guillaume est le temps in esse dont la vision est réelle et accomplie. Il s’agit donc d’une locution dans le mode indicatif, déjà réalisée (passé composé), se réalise (présent) ou se réalisera (futur).

Cette répartition tripartite de l’existence du langage accompagne la néoténie linguistique dont l’apport au cognitivisme est essentiel dans l’aspect terminologique. Elle se considère comme la source d’inspiration pour décrire les rapports cognitifs que le locuteur entretient avec les langues en synchronie.

IV.  Langues In Posse, In Fieri, In Esse Vs Langues Maternelle, Etrangère

Dans le sens populaire, la langue maternelle se définit comme celle dont l’enfant dispose suite à un processus d’acquisition au contact avec le milieu familial où il est élevé. Langue maternelle se reconnaît également comme une maîtrise complète d’une langue. Il s’agit d’une acquisition linguistique qui se déroule exclusivement au contact avec une mère biologique. Il court que la langue maternelle en tant que la première langue décrit la langue avec lequel le locuteur se sent plus à l’aise. Bajrić en a une réponse pertinente. « La première langue n’est pas forcément celle que l’individu parlera à l’âge adulte avec le plus de facilité » (Bajrić, 2006, p. 113). Bien que la langue maternelle se définit intimement la langue que le locuteur s’approprie en contact avec sa mère biologique, sa pertinence au sein d’une étude linguistique est contradictoire car en réalité linguistique, il existe des locuteurs qui n’ont pas l’expérience d’acquisition via leur mère. L’appellation « langue étrangère » souffre également d’une insuffisance conceptuelle. Il s’agit d’une langue qui se parle dans un pays étranger, qui s’utilise par les étrangers et parfois d’une deuxième langue qui est appropriée de façon subordonnée. Dans un sens plus populaire, la langue étrangère est la langue dont le locuteur n’a pas de connaissance. Dans une recherche scientifique, si on tente d’emprunter les terminologies de la didactique et de les utiliser à une linguistique synchronique, le problème ne cesse pas à s’émerger. La répartition didactique bipolaire de « langue maternelle » et « langue étrangère » sans examiner sa pertinence dans la réalité linguistique ne caractérise pas un travail rigoureux. « Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde » (Camus, 1947, p. 135). Une appellation hâtive de « la langue maternelle » et « la langue étrangère » sans réfléchir diminue sans doute la qualité d’une recherche. La possession d’une langue ne se limite pas à l’intérieur de frontières géographiques pour la simple raison que les frontières langagières sont fatalement différentes de celles des langues, le pire, elles ne sont pas mesurables dans le monde actuel. Un autre problème qui se pose, est la subordination d’une langue à l’autre qui ne garantit jamais en pratique l’aisance de la première langue à la deuxième. L’exemple le plus saillant est le cas d’un locuteur bilingue français-persan qui demeure dans un champ linguistique français suite à une immigration à l’âge 5. Il ne se sent plus à l’aise avec ladite langue maternelle à l’âge 16, car suite à plusieurs paramètres sociolinguistique et psycholinguistique il abandonne cette langue. Il en sort que la naïveté de ces deux appellations limite les champs de recherches dans son intégralité. D’un côté, l’étrangeté d’une langue est immesurable voire, inimaginable et de l’autre côté, la maternité d’une langue ne fonctionne aucun rôle dans la maîtrise d’une langue chez le locuteur malgré le fait que « le premier langage du bébé (infans veut dire en latin : qui ne parle pas) soit strictement réservé à la mère et à la famille très proche ». (Favriaud, 2020 :64)

La néoténie linguistique tente de répondre à cette opacité interprétative de « langue maternelle », « langue étrangère » et d’autres termes en question en didactique. Elle distingue d’abord, les trois niveaux cognitifs du locuteur tout au long de l’appropriation d’une langue, peu importe l’âge et le champ linguistique. En néoténie linguistique il existe trois types de langues dont chaque locuteur expérimente le passage d’après le temps verbal guillaumien : 

Langue in esse : une langue qui n’est pas réalisée, reste puissancielle dont le locuteur ne dispose aucun sentiment linguistique. En réalité linguistique, il s’agit d’une langue naturelle dont le locuteur n’est capable d’identifier dans sa subjectivité, sauf quelques éléments probables de sonorité.

Langue in fieri : désigne une langue en cours de construction, voire, en cours d’appropriation, qui n’est pas complètement à la disposition du locuteur. Il ne possède pas non plus un sentiment linguistique mais il est capable de créer les liens de communication.

Langue in esse : Il s’agit d’une langue naturelle dont le locuteur est capable de l’identifier dans sa subjectivité, dont il possède l’intuition syntaxique dans un degré supérieur de sentiment linguistique. Cette langue s’identifie dans la subjectivité du locuteur et s’utilise avec la plus grande aisance possible.

Si nous admettons avec la néoténie linguistique qui s’intéresse à des études scientifiques des langues et le procès cognitif de l’appropriation, au lien cognitif que le locuteur crée avec les langues du monde, que pour parler une langue signifie que le locuteur peut assimiler sa dimension linguistique et adopte également un comportement linguistique conforme à son génie, il ne faut pas oublier de s’apercevoir que le point central de l’analyse s’effectue par rapport à lui mais pas aux langues. Or, les appellations des « langue maternelle » et « langue étrangère » sans connaître le lien cognitif de leurs locuteurs n’est que caduc. La néoténie linguistique propose l’appellation langue in posse qui ne subit pas les limites de la frontière géographique mais sa relation cognitive avec le locuteur. Langue in esse correspond à « toute langue dont on possède l’intuition grammaticale correspondante et un degré très élevé de sentiment linguistique ». (Bajrić, 2013, p. 35) Contrairement à l’idée guillaumienne concernant le temps verbal, la néoténie linguistique voit une mobilité potentielle des composantes des langues de l’étape puissancielle de la langue in pose vers la langue en cours de construction voire, langue in fieri, qui ne cessent plus de se mobiliser jusqu’à où la langue devient réelle voire, langue in esse. (Schéma V)

 

Schéma V. Mobilité potentielle des langues en néoténie linguistique

D’après la troisième étape de ce schéma, la chronologie des langues acquises ne joue aucun rôle dans ce processus alors que la relation cognitive de la langue et le locuteur se crée jusqu’à effection voire l’existence.

V.      Locuteur Confirmé/Non Confirmé Vs Apprenant/ Locuteur Natif

En principe, le « natif » est un adjectif qui s’utilise au lieu de celui « inné ». Le locuteur natif possède une langue dès sa naissance. L’interprétation est simpliste : Je possède une langue dès l’enfance, donc je le parle parfaitement ! S’il en est ainsi, le cas d’un locuteur qui s’approprie cette langue de façon subordonnée et qui est capable de s’exprimer à une grande aisance s’intitule « native like » dont l’équivalent est « locuteur natif ». Martinet y répond proprement :

« Le critère de la perfection n’a guère de sens : il y a dans toutes les communautés linguistiques des unilingues qui emploient des formes considérées très généralement comme incorrectes. L’unilingue ne parle pas à la perfection, mais à la satisfaction d’un entourage immédiat où l’on connaît son appartenance au groupe. » (Martinet, 1974, p. 168)

Le problème s’oppose lorsqu’il n’existe aucun adjectif attribué à la langue. En réalité les langues ne sont ni innées ni naturelles pour le locuteur ne possédant une langue qu’à partir de sa naissance ; elle est acquise ou apprise. Sinon tout être humain parlerait une même langue. L’appellation naïve de la « langue native » ne pourrait pas correspondre à celui qui s’approprie une langue dans une famille linguistiquement mixte ni celui qui maîtrise une langue suite à une immigration dans un autre champ linguistique que la langue de famille.

En outre, l’appellation « apprenant » proposée par les didacticiens correspond à celui qui suit le procès d’apprentissage d’une langue comme acteur de la classe dans un milieu scolaire alors que l’apprentissage ne se déroule pas exclusivement dans le milieu scolaire. La limitation de l’apprenant de langue dans la classe –comme le cas d’autres matières scolaires- sans se rendre compte du déroulement de l’apprentissage d’une langue dans plusieurs d’autres endroits à savoir, les sphères sociale, familiale, les moyens audiovisuels comme la télévision, les rencontres, la correspondance, le travail etc. suite à l’immersion dans la langue, n’est qu’un fantasme. Il ne faut pas oublier de s’apercevoir que si nous admettons avec la théorie de Krashen que tout apprentissage est un processus conscient et que « l’acquisition langagière est un processus inconscient ; ceux qui acquièrent la langue ne sont pas conscients de ce fait, mais seulement du fait qu’ils utilisent la langue pour communiquer. Le résultat de l’acquisition -la compétence acquise- est elle aussi inconsciente »2 (Krashen, 1987, p. 10), l’apprentissage dans un milieu scolaire ou dans une institution de langue n’est qu’une seule partie de la réalité linguistique du locuteur car il existe plusieurs apprenants « qui ‘apprennent’ une langue tout en refusant d’‘apprendre’ ». (Bajrić, 2013, p. 117)

Force est de constater que les termes en question ne sont pas adéquats quand il s’agit de l’appropriation d’une langue car dans son champ de recherche, la linguistique n’est plus capable d’emprunter un aspect terminologique étayé sur une base solide. La méfiance de la néoténie linguistique à l’insuffisance conceptuelle des termes en question la guide vers un essentiel pour sortir de cette complexité terminologique et pour se focaliser plutôt à la relation cognitive du locuteur et ses langues. Cette insuffisance définitoire en didactique oriente Samir Bajrić à se pencher vers le lien du locuteur avec sa langue, davantage. Il propose donc les deux termes suivants : le locuteur confirmé au lieu de « locuteur natif » et le locuteur non-confirmé qui remplace « apprenant » :

« Le locuteur non-confirmé désigne tout individu dont la maîtrise de la langue, quelles qu’en soient les raisons, se révèle inférieure à celle du locuteur confirmé. Inversement, le terme locuteur confirmé se réfère à tout individu dont le sentiment linguistique est suffisamment fiable et développé pour formuler des jugements d’acceptabilité sur des énoncés produits dans la langue » (Bajrić, 2006, p. 118).

Conformément à la définition proposée par le théoricien de la néoténie linguistique, peu importe s’il s’agit de la langue 1,2,3, celle familiale ou celle maternelle, le locuteur confirmé est capable de disposer d’un sentiment linguistique vis à vis de la langue possédée qui lui offre la possibilité d’opter un énoncé parmi plusieurs autres énoncés afin de s’exprimer au génie de sa langue, voire, à la satisfaction de son environnement linguistique. (Schéma VI)

 

 

Schéma VI. La position du « locuteur confirmé » et du locuteur non-confirmé vis à vis des langues en néoténie linguistique

 

Le schéma VI nous démontre que le locuteur confirmé se sent à l’aise pour identifier les contraintes de sa langue ayant un discours fluide, sans analyse livresque, sur les temps verbaux, le choix de l’adjectif ni l’adverbe etc. lors de l’expression. En pratique, il a tout intériorisé conformément à son génie et les opte pour utiliser d’après le besoin langagier. Afin de pouvoir s’adapter avec la langue in fieri, le locuteur non-confirmé s’oblige à réunir les axes ontologiques de la linguistique. Ce faisant, il lui faut « vivre dans la langue, vivre avec la langue » (Bajrić, 2013, p. 70) qui est à l’exclusivité des contraintes du milieu institutionnel comme des classes de langues. Le passage opératif de la langue in fieri à la langue in esse est également une mobilité potentielle dépanadant du locuteur non-confirmé qui guide sa subjectivité et son être à une spontanéité linguistique. « … ce que l’on qualifie de langue in esse n’est autre qu’une langue dans laquelle nous savons être spontanés, et dont nous nous sommes appropriés non seulement le code linguistique, mais encore, en amont, le code cognitif » (Rezapour, 2016, p. 19).

VI.  Conclusion

Dans cet article, nous avons évoqué le point de vue définitoire de la néoténie linguistique vis à vis des termes courants en didactique, en analysant certains termes et leurs aspects terminologiques. Nous avons vu que les liens cognitifs que le locuteur crée avec sa/ses langues est assujetti au temps opératif. En latin posse signifie la possibilité, et esse signifie l’éventualité d’existence et la langue doit suivre une démarche néoténique pour devenir in posse auprès du locuteur. Si nous ne sommes pas capables d’imaginer une langue suivre une démarche de posse à esse, cela implicite que le locuteur n’est pas capable de s’exprimer via une langue qu’il ne possède pas dès la naissance et cela est fatalement un cas impossible en réalité linguistique dans le monde actuel. Le passage de la langue in posse à la langue in esse avec l’intermédiaire de la langue in fieri est un cas invariable. Conformément à nos observations dans cet article, l’insuffisance définitoire des termes mentionnés est issue du manque du lien cognitif de locuteur avec des langues qu’il possède et il s’approprie. Le locuteur confirmé possède une intuition et sentiment linguistique développés grâce à un passage opératif de son existence en tant que le sujet parlant/pensant à un locuteur non-confirmé en cours de construire sa langue in fieri. Le fruit du locuteur confirmé n’est que la possession définitive d’une langue in esse. Une langue qui n’est plus in posse, ni in fieri mais capable de se mobiliser d’une étape puissancielle à une étape en effection et s’arrêter à l’étape effective où elle devient compatible avec la subjectivité du locuteur. Or, parler une langue ne signifie pas « parler une langue parfaitement » car la perfection linguistique n’existe pas. Être humain est locuteur d’au moins une langue dont ses connaissances et ses capacités linguistiques ne sont pas parfaites mais perfectibles à l’infini. Les liens cognitifs créés entre lui et les langues naturelles sont toujours évolutifs d’après son expérience vécue au cours du temps. Pouvoir parler une langue implique que le locuteur devient confirmé. Comment ? Le locuteur n’est pas parfait car l’être humain n’est jamais parfait, mais capable de suivre la perfection et se maintient en évolution perpétuelle car il dispose d’un être néoténique. Il doit trouver donc la manière d’exister dans une langue en faisant preuve de constance dans la capacité à modifier sa subjectivité et laisser entrer la nouvelle langue. Autrement dit, il faut trouver la position de dépasser de son immanence et son être et accéder à la transcendance et l’existence de cette nouvelle langue. (Schéma VI) Cette dernière est sans doute l’existence de la langue in esse, dans l’étape effective de la répartition tripartite de la néoténie linguistique, où la nouvelle identité linguistique s’émerge de façon ontologique. Dans cette étape, le locuteur est capable d’adopter un autre comportement linguistique conforme au génie de sa langue in esse, peu importe s’il s’agit de la première langue de sa vie ou la deuxième, la troisième, etc.

Notes

[1]    La phrase retenue n’apparaît pas textuellement dans les écrits de Guillaume jusqu’à cette interprétation de Roch Valin. Elle appartient plutôt, selon Roch Valin qui le citait fréquemment dans ses séminaires et l’a pareillement reproduite dans son introduction à LL1 (1971 :40), à l’enseignement oral professé par Guillaume aux Hautes Études.

[2]    Language acquisition is a subconscious process; language acquirers are not usually aware of the fact that they are acquiring language, but are only aware of the fact that they are using the language for communication. The result of language acquisition, acquired competence, is also subconscious.

[1]     BAJRIĆ Samir, « Quelle(s) langue(s) parlons-nous ? Problèmes de transfert Et de traduction de concepts », in Revue Syntaxe et sémantique, vol.1, n° 7, 2006, pp. 107-122.

[2]     BAJRIĆ Samir, Linguistique, cognition et didactique. Principes et exercices de linguistique- didactique, PUPS, Paris, 2013.

[3]     BÉJOINT Henri et THOIRON Philipe, Le sens en terminologie, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2000.

[4]     CAMUS Albert, Le mythe de Sisyphe, Gallimard, Paris, 1947.

[5]     GUILLAUME Gustave, Leçon de linguistique, (1938-1939), série A, Volume 12, Presse universitaire de Septentrion, 1993.

[6]     GUILLAUME Gustave, Leçon de linguistique, (1943-1944), série A, Volume.10, Esquisse d'une grammaire descriptive de la langue française II, Presses universitaires de Lille, Lille, 1991.

[7]     GUILLAUME Gustave, Leçon de linguistique, (1948-1949), série C, Grammaire particulière du français et grammaire générale IV, Volume.3, Québec, Les presses de l’Université Laval Klincksieck, Paris, 1973.

[8]     GUILLAUME Gustave, Temps et verbe : théorie des aspects, des modes et des temps. (1929) (Suivi de : L'architectonique du temps dans les langues classiques.), Librairie Honoré Champion, Paris, 1984.

[9]     KRASHEN Stephen, Principles and Practice in Second Language Acquisition, Prentice Hall, New York, 1987.

[10] LOWE Ronald, Introduction à la psychomécanique du langage. I : Psychomécanique du nom, Presses de l’université Laval, Québec, 2007.

[11] MARTINET André, Éléments de linguistique générale, Armand Colin, Paris, 1974.

[12] REZAPOUR Rouhollah, Le bilinguisme en néoténie linguistique, Éditions Harmattan, Paris, 2016.

[13] SAUSSURE, Ferdinand –De, Cours de linguistique générale, Édition critique préparée par Tullio de Mauro, Paris, 1972.