Type de document : Research Paper

Auteur

Maître-assistante, Université de Shahid Chamran d'Ahvaz

Résumé

Pendant des siècles la littérature était le privilège exclusif d’une élite d’hommes érudits, donc c’est l’idéologie masculine qui pèse fortement sur le langage et le discours dominant. A l’aube du XXème siècle, des femmes écrivains ont essayé de retrouver, au moyen de l’écriture, leur place de sujet dans la société. L’Amant de M. Duras peut être considéré comme une remarquable fresque sur la société patriarcale de son temps. En faisant une étude sociocriticienne selon la méthode analytique de Pierre V. Zima qui s’appuie sur les structures narratives, sémantiques et linguistiques du texte, nous tenterons de repérer les éléments constitutifs de la structure du roman afin d’en déceler l’idéologie féminine, ainsi que le sens subjacent qui sont le fruit de la situation sociolinguistique. La crise du roman, la désintégration de la syntaxe narrative et la position précaire du sujet (du narrateur) dues à l’ambivalence et le bousculement des valeurs, est le fruit des transformations bouleversant la société contemporaine à l’œuvre.

Mots clés

Sujets principaux

[1] Alberti, Olympia. Marguerite Duras, une jouissance à en mourir. Nice : Baie des Anges, 2020.
[2] Cixous, Hélène. Entre l'écriture, Paris : Edition des femmes, 1968.
[3] Crémonese, Laura. Dialectique du Masculine et du Féminin dans l’œuvre d’Hélène Cixous. Paris : Didier érudition, 1997.
[4] Duras, Marguerite. L'Amant. Paris : Les Editions de Minuit, 1984.
[5] Karimian, Farzaneh et Deldadeh Samira. « Le statut de la femme à travers Nulle part dans la maison de mon père d'Assia Djebar et La Bohémienne près du feu de Moniru Ravanipur (étude sociocritique) ». Revue des études de la langue française, 22, 2020.
[6] Karimian, Farzaneh et Alaie, Mina. « Etoile agonisante : Lecture sociocritique de Sorraya dans le coma ». Plume, n. 25, 2017.
[7] Leclerc, Annie. Parole de femme. Paris : Bernard Grasset, 1974.
[8] Lejeune, Philippe. Le pacte autobiographique. Paris : Seuil, 1975.
[9] Marini, Marcelle. « Une femme sans aveu ». L’Arc, 98, pp. 6-17.
[10] Slama, Béatrice. « De la ‘littérature féminine’ à ‘l'écrire-femme’, différence et institution ». Littérature, n. 44, 1981, pp. 51-71.
[11] Strub, Elaine. Etude des personnages féminins de Marguerite Duras. Mémoire de master : Université de Dijon, 1988.
[12] Horer, Suzanne et Socquet, Jeanne. La création étouffée. Paris : Pierre Horay, 1973.
[13] Tegyey, Gabriella. Treize récits de femmes (1917-1997) de Colette à Cixous, Voix multiples, voix croisées. Paris : L’Harmattan, 2009.
[14] Zima, Pierre V. « Le sociolecte dans la fiction et dans la théorie ». Sociocriticism, v. 2, n. 10, 1989.
[15] Zima, Pierre V. Manuel de sociocritique. Paris : L'Harmattan, 2000.
[16] Vesal, Matin et Fahandej Sadi, Rahim. « L’univers mythique et le sujet problématique dans Le Poirier de Taraqqi ». Recherches en langue et littérature françaises, v. 13, n. 23, 2019, pp. 205-220.
[17] SALIH Fatima Zahra, La Parole conquise ou l’écriture romanesque au féminin, H. Cixous, M. Duras et N. Sarraute, Thèse de doctorat d’Etat, Université Sultan Moulay Slimane, Eni-Mellal, 2014. http://culture276.fr/wp-content/uploads/2021/01/La_Parole_conquise_ou_lecriture_romanesq.pdf