Type de document : Research Paper

Auteurs

1 Professeur, Université Shahid Beheshti, Iran

2 PhD, Université Shahid Beheshti, Iran

Résumé

Fortement influencé par les théories sociologiques de Pierre Bourdieu, le jeune auteur, Olivier Adam a consacré une grande part de son œuvre à dépeindre la société actuelle française qui souffre des plaies telles que l’écart de classes, le désespoir vis-à-vis du futur, le conflit du centre et de la marge, une mobilité sociale de plus en plus difficile à concrétiser et la continuité du phénomène de la reproduction sociale.
Dans ses romans, l’écrivain traite quelques-unes des stratégies employées par les agents sociaux ayant des positions variées dans la hiérarchie sociale. La plus importante et la plus pratiquée de nos jours est celle d’investissement culturel que l’auteur a longuement développée dans la majorité de ses livres.
La relation entre le lieu de vie, le statut social des parents et le niveau de scolarité d’un individu qui contribuent à la formation de son destin professionnelle et conséquemment social, est au centre de l’analyse sociologique qu’effectue le romancier socialiste.
L’attitude doxique des dominés, les mécanismes adoptés par les dominants et la serviabilité de l’État à l’égard de ces derniers vont à l’encontre du rêve de la mobilité sociale et le mythe d’égalité des chances, si abondamment promises par l’État au cours des dernières décennies.

Faits marquants

Extended abstract

The study of the phenomenon of “social reproduction” through the sociology of Pierre Bourdieu on Olivier Adam's works

Olivier Adam, the young French author has been clearly influenced by sociological theories of Pierre Bourdieu who has done numerous researches on social hierarchy, social distance between different classes, role of school in forming a noble elite, and the obstacles against social mobility. Oliver Adam has devoted a great part of his works to representation of the actual French society who suffers from social gap, disappointment for the future, conflict between those in power and marginalized people, destroyed families, generation gap, racism and xenophobia, increasing futility of wishing for social mobility, the persistence of the actual established order and the unpleasant repetition of the phenomenon of social reproduction.
By creating so many characters, describing so many public spaces and narrating private and professional lives of a large number of fictive personalities, Adam has pictured different social groups to briefly investigate the methods used by these people to maintain their four types of capital: symbolic, financial, cultural and social.
Among strategies such as biologic investment, social investment, symbolic investment, economic investment and cultural investment, it is the last one which is the most popular among a large variety of social fractions to achieve their goals.
The author cites the examples for some of these strategies. As an instance of biologic investment, he mentions a grandmother who has given birth to seven children herself but advises her son to be moderate in having children. Caroline or other children from rich families do not have many siblings while Xing, a Chinese immigrant girl, lives in a large family. The prophylactic strategies are adopted, mostly by opulent people, in order to live healthy and long lives. That is why Paul’s father, a member of working class in A Game of Badminton, dies immediately after his retirement, having no chance to enjoy it. As an instance of symbolic investment which includes creating social links and relations, Paul’s brother participates in any demonstration which is organized for any reason every now and then, possibly in an attempt to make a pleasant appearance on behalf of his family and to find new friends sharing the same ideas in order to form a network of people who may support his ambitions someday. As an instance of inheritance strategies, it is in Headwinds that the writer mentions the case of Alex who inherits his father's driving school, unlike Paul who prefers to quit the region and devote his life to writing.
Meanwhile, heritage becomes a controversial issue between the two brothers in The Edges. Paul, as a socialist is against the direct transmission of parents' properties to their descendants, believing that it stabilizes the social reproduction, whereas the elder brother finds it totally normal for the children to take possession of what is left behind after parents pass away. This is the way in which the author clarifies his position about the disastrous contribution of transmitted wealth to the next generation. 
The relationships among parameters such as place of living, parents' social and professional rank, and educational status of an individual which can highly influence his professional and, consequently, social destiny, play significant roles in the novelist's analyses of his society. Having chosen a suburb of French capital as the study area, Adam tries to expose the local hierarchy and show the evident influences of familial situation on the educational condition of children born in these different atmospheres and, accordingly, their destiny.
The arbitrary character of the system of education results in evaluation and selection based on familial conditions and social class rather that the learning progress and results. That is the reason why this sociologist believes, as the novelist shows, the educational institution is the school of the dominant rather than an organization whose purpose is to accelerate social mobility and promote equal opportunities.
The writer has reflected on the passive attitude of the dominated groups in his stories – theorized by Bourdieu by the term “doxa” – helping the continuity of the domination of the upper class. In addition, by characterizing the principal character of several books, the novelist questions the myth of progress based on merit. In fact, one of the commitments of the capitalism is actualizing the possibility of success according to diligence, intelligence and merits. Though, as the writer emphasizes in his different novels, today’s world has nothing in common with such a promised utopia.
Moreover, the methods used by the dominant group, and also the absolute conformity of the government with this group, have played considerable roles in preventing the materialization of dreams such as social mobility or equal opportunities, despite being frequently promised by the governments during last decades.
By enumerating the destinies of some of Paul’s friends who could not even leave the region to make a better life and change the conditions in which they were born and lived, in The Edges, the narrator shows the depth of fatal consequences of social reproduction and illusory hopes for social mobility. The graph which Pierre Bourdieu has included in his Practical Reasons has been modified here by the names of the children who succeeded to go out of their suburb to find a better life, and the ones who remained there due to lack of opportunities, which proves the profound gap between hopes and reality.
Incapable of realizing the targets for which the authorities have aimed during so many years, the only thing that governments can do is resorting to modification of the value of the diplomas to make the unemployed educated study more and postpone the future.
Adam's works, such as The Edges, Cliffs, Sheltered by Nothing, Wasted Sorrow, A Game of Badminton and Headwinds which are studied in this article, shed light on the interactions between different layers of the society and the function of an educational system with a biased look towards various groups of the society. It also reveals the complicity of this organization with the government to strengthen the privileged group and to facilitate the continuity of the phenomenon of social reproduction.

 

Keywords— Adam, Bourdieu, Reproduction, School, Social mobility.

Selected References

[1]    ADAM Olivier, À l'abri de rien, Éditions de l'Olivier, Paris, 2007.

[2]    ADAM Olivier, Des vents contraires, Éditions de l'Olivier, Paris, 2009.

[3]    ADAM Olivier, Les Lisières, Flammarion, Paris, 2012.

[4]    ADAM Olivier, Une partie de badminton, Flammarion, Paris, 2019.

[5]    BOURDIEU Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Les Éditions de Minuit, Paris, 1979.

[6]    BOURDIEU Pierre, La Misère du monde, Éditions du Seuil, Paris, 1993.

[7]    BOURDIEU Pierre, PASSERON Jean-Claude, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d'enseignement, Les Éditions de Minuit, Paris, 1970.

[8]    BOURDIEU Pierre, Raisons pratiques : sur la théorie de l'action, Seuil, Paris, 1994.

[9]    DARABI AMIN Mina, « Lutte symbolique des classes sociales dans À la recherche du temps perdu », in Revue des Études de la Langue Française, volume 7, Automne-Hiver 2015, n˚13.

Mots clés

I.      Introduction

LES romans d’Adam comme Les LisièresFalaisesÀ l’abri de rienPeine perdueUne partie de badminton et Des vents contraires qui sont étudiés dans cet écrit, constituent le tableau qu’a peint l’auteur banlieusard de l’interaction des différentes fractions de la société, les mécanismes utilisés par les agents sociaux pour maintenir ou améliorer leur position, le fonctionnement d’un système d’enseignement arbitraire, la soumission des classes dominées vis-à-vis de ceux qui possèdent abondamment les capitaux et la collaboration de ces derniers avec l’État pour renforcer, comme attestent d’immenses recherches de Pierre Bourdieu, la domination des classes supérieures et faire perdurer la reproduction sociale.

Mais quelles sont ces stratégies si fréquemment employées par les agents sociaux et comment Adam les a montrées dans son œuvre ? Comment le caractère arbitraire de l’école, l’attitude soumise des dominés face à la classe dominante et enfin la complicité de celle-ci avec l’État contribuent-ils à consolider l’ordre établi ? Et à la fin, comment le romancier décrit-il l’absence de la mobilité sociale et par quelles indications démontre-t-il la persistance de la reproduction sociale et ses résultats ?

Au cours de ce travail, nous traiterons d’abord les stratégies auxquelles recourent les groupes sociaux pour conserver et éventuellement augmenter leurs capitaux et aussi modifier leur position dans la société en citant des exemples des ouvrages d’Adam. Puis, nous étudierons les paramètres comme le rôle que joue l’école pour assurer la durabilité de l’ordre établi, l’influence de l’État sur la durabilité de la reproduction sociale et aussi les effets de l’attitude doxique de la classe dominée qui tous favorisent la continuité de la dominance des classes supérieures. Et enfin, nous aborderons les retombées des mécanismes employés par une école arbitraire, un État au service des dominants et des classes dominantes de la hiérarchie sociale pour maintenir l’ordre soutenu par ces dernières et garantir la permanence de la reproduction sociale.

II.       Les Stratégies De Reproduction

Le recours aux théories bourdieusiennes, où les notions telles que l’espace social, l’habitus et la domination ont des rôles primordiaux, est une forte tendance dans les milieux académiques iraniens et particulièrement celui de la littérature française pendant les deux dernières décennies. Ce penchant se reflète également dans les revues spécialisées du domaine littéraire. Pour en citer des exemples on peut indiquer un article paru au numéro 24 de la revue Recherches en Langue et Littérature Françaises sous le titre « Les Romans durassiens à la Lumière de la Théorie Pratique de Bourdieu » (Karimian, 2019, p. 81). Les auteurs, tout en expliquant la mise en question du déterminisme bourdieusien par Marguerite Duras, traitent les inégalités raciales et sociales exercées dans la société indochinoise et abordent la nature de l’action humaine par la théorie de la pratique du sociologue et aussi le rapport entre les locaux dominés et les colons dominants dans le champ du pouvoir en étudiant Un barrage contre le Pacifique (1950) et L’Amant (1984) de l’écrivaine française. Cet affrontement a été aussi étudié dans « Lutte symbolique des classes sociales dans À la recherche du temps perdu » (Darabi Amin, 2015, p. 37) au 13e numéro de la Revue des Études de la Langue Française. Réfutant le caractère fixe et taxinomique que l’on attribué généralement à la structure de l’œuvre monumentale de Marcel Proust, l’auteure de l’article met en scène les tentatives des agents sociaux pour posséder de différents capitaux. Le conflit des aristocrates munis du seul capital social et les bourgeois dotés des capitaux économique et culturel mènent aux changements fondamentaux.

L’utilisation des études sociologiques de Bourdieu ne se limite pourtant pas aux études effectuées sur les œuvres des auteurs français. Un travail intitulé « Étude du discours de la domination dans Les Gardiens de Varazil de Gholam-Hossein Sa’edi » (Raoufzadeh, 2020, p. 147), publié au numéro 30 de la revue Plume, est une analyse sociale d’une pièce du dramaturge iranien contemporain. Les essayistes ont considéré l’Iran des années soixante et soixante-dix, dépeint par Sa’edi dans son œuvre théâtrale, comme un champ social où les dominants, riches en capitaux économique et culturel, imposent leur volonté à une majorité dominée dépourvue de capital culturel.

Selon Pierre Bourdieu, les agents sociaux cherchent toujours à maintenir ou à accroître le volume de leurs capitaux économique, symbolique, social et culturel pour conserver ou améliorer leur position sociale. Les gens de la société, quelle que soit la catégorie à laquelle ils appartiennent, adoptent, selon le volume et la structure de leurs capitaux une ou plusieurs stratégies de reproduction pour protéger leurs positions et les transmettre aux générations suivantes. Un grand nombre d’agents sociaux optent pour les stratégies d’investissement biologique, parmi lesquelles les stratégies prophylactiques et celles de fécondité sont les plus importantes. Ces dernières visent à contrôler le nombre de descendants afin d'assurer la transmission des capitaux. Mais il s'agit aussi, pour certains groupes sociaux, de favoriser l'ascension sociale de ses membres en limitant volontairement leur fécondité. On peut en trouver des exemples dans Les Lisières d’Adam. Au contraire de Xing qui vivait dans une famille ayant « quatre enfants et divers cousins de passage » (Adam, 2012, p. 68), Caroline dont le père, comme les parents de Thomas, surveille « ses fréquentations » (Adam, 2012, p. 50) et ne lui permet pas de sortir avec ses « copains agités, colorés, mal habillés » (Adam, 2012, p. 68) est la fille unique de la famille. Le père de Paul dans le même roman a suivi la recommandation de sa mère, ayant elle-même sept enfants, qui lui avait conseillé d’observer une « modération en matière de reproduction de l’espèce » (Adam, 2012, p. 100). Ce que l’homme ouvrier a fait pour avoir un vétérinaire et un écrivain à la maison :

« Mon père m’assurait que sa propre mère les avait encouragés dans cette voie, n’avait cessé d’enjoindre à chacun de ses sept enfants de faire preuve de modération en matière de reproduction de l’espèce, sept enfants ce n’était vraiment pas une vie. » (Adam, 2012, p. 100) 

Ceux dont le capital majeur est d’ordre économique et qui sont pour la plupart faiblement dotés en capital culturel, pensent aux stratégies successorales pour assurer le minimum de déperdition possible en transmettant leur patrimoine matériel aux générations suivantes. Alex, dans Des vents contraires, qui s’occupe, après la mort de ses parents, de l'auto-école qu’ont héritée son frère et lui, est un exemple du fils qui remplace son père pour préserver le patrimoine paternel, au contraire de son frère, Paul qui n’est pas resté dans la filiation familiale pour devenir auteur.

 Cependant, il ne faut nécessairement pas être un boutiquier ou un industriel pour réfléchir à son héritage. Un « chef d’atelier » (Adam, 2012, p. 29) comme le père de Paul, ayant prévu sa mort, prend sa décision en disant à son aîné : « L’argent de la maison, je n’y toucherai pas. Je n’en ai pas besoin. Il sera pour toi et ton frère quand je serai de l’autre côté » (Adam, 2012, p. 275).

L’art du romancier apparaît à ce sujet dans une conversation entre les fils de l’ouvrier qui se transforme à une polémique entre un adhérent à la nouvelle bourgeoisie et un intellectuel socialiste. François, vétérinaire, qui a migré « vers des banlieues plus chics » (Adam, 2012, p. 64) ne voit aucun problème d’avoir sa part de ce qu’il hérite de ses parents alors que le patrimoine familial semble à l’auteur gauche « l’inégalité à la racine », « la plaie de nos sociétés » et « la reproduction sociale qui ne s’arrêtera jamais ». (Adam, 2012, p. 275). 

Dans ce passage, la discussion des frères ne se limite pas à la question de l’héritage et s’étend sur d’autres champs sur lesquels les graines de discorde ne manquent jamais. La confrontation des arguments d’un fils d’ouvrier qui s’est haussé dans la hiérarchie sociale et les « discours de gauchiste » de l’écrivain met en scène aussi la déception du deuxième qui voit l’échec de ses idéaux face au pragmatisme du premier déclarant que les « beaux discours » de son frère « ne correspond jamais à rien, ni à personne » (Adam, 2012, p. 275).

Aymeric et son métier, le cas par excellence de l’emploi d’une stratégie d’investissement social, est un exemple de ceux qui profitent des liens que leurs pères ont créés au cours de leur carrière. L’homme qui a travaillé pendant une longue durée dans une association pourrait établir des relations qui permettront à son enfant d’obtenir un poste, malgré sa banalité, enviable pour tant d’autres : « Aymeric bossait à la poste. Son père l’y avait fait entrer. Fils de postier » (Adam, 2012, p. 156). 

Parmi d’autres stratégies, on peut citer celle d’investissement symbolique, à laquelle recourt le frère bourgeois de Paul, dans Une partie de badminton, qui participe « en famille à la Manif pour tous » (Adam, 2019, p. 117), et surtout celle d’investissement scolaire, la plus pratiquée de nos jours, dont l'analyse s’étend sur une partie importante de cet article.

Pour ce faire, nous étudierons d’abord le rôle prépondérant de l’école pour conserver et renforcer l’ordre régnant dans la société moderne et parallèlement le rapport qu’entretiennent l’État et les parents avec cette institution gouvernementale soit en le soutenant, soit en s’y opposant à la recherche d’une meilleure position dans la hiérarchie sociale.

III.            L'école Arbitraire Et La Position Urbaine

La littérature migrante produit un espace conceptuel pour voir où les formes de représentation entrent en collision. Pour les romanciers de la migration, leurs comptes respectifs sur l’expérience des migrants confèrent l’imagination empathique et une myriade de récits qui peuvent cultiver notre imagination éthique. Des récits multiples et interdépendants du moi, de la nation, de la mémoire, de l’altérité et de l’appartenance sont tissés dans chaque roman, créant ainsi un espace complexe et déterritorialisé d’expression subjective. La manière dont les œuvres littéraires adoptent un discours sur l’empathie, la reconnaissance éthique, la représentation et l’expérience subjective relève notamment de la thématique des récits migrants. La subjectivité langagière du locuteur-sujet parlant laisse entendre que « ce dernier modifie, dans son acte d’énonciation, les représentations de son interlocuteur pour lui dire son avis d’accord ou de désaccord concernant son point de vue. Il est bien clair que l’objectif principal de toute prise de parole est de communiquer un certain message à son destinataire dans un certain contexte psycholinguistique » (Mohammadi-Aghdash, 2018, p. 5). Olivier Adam se sert abondamment des indications urbaines pour éclaircir la stratification sociale qui l’obsède tant. Il n’y renonce pas non plus en poursuivant le sort des enfants qui ont vu le jour dans ces espaces scindés et à proprement parlant ces différents niveaux de la banlieue de la capitale.

En parlant de « la sœur de Fabrice », un agent de propreté hospitalière, l’auteur procède à une série d’explications détaillées qui établissent une causalité fatale associant les enfants de chaque partie de la périphérie à un destin scolaire. Selon ce que dit l’écrivain breton, les « gosses » de cité, dont le nom suffisait aux parents de Thomas de supprimer Éric des « fréquentations » de leur fils, à laquelle a échappé la famille de Paul dans Les Lisières au prix des crédits que ses parents ont dû rembourser « sur trente ans, à la sueur de leur front, en se privant de tout » (Adam, 2012, p. 275), et que Olivier et son frère, dans Falaises, avaient été interdits de fréquenter (« il ne fallait pas fréquenter d’enfant noir ou métis ou arabe, il ne fallait pas fréquenter ceux de la cité » (Adam, 2005, p. 40), sont condamnés soit à la « déscolarisation » (Adam, 2005, p. 41), soit au CAP1. Il présente cette zone urbaine comme l’extrême inférieure des couches sociales en bordure de la grande ville et raconte comment le sort de ceux qui sont nés dans cette extrémité est, avant même leur naissance, déterminé par l’ordre imposé aux catégories dominées et par le système scolaire qui a pour vocation de maintenir cette structure discriminatoire :

« Fabrice avait été le seul à pousser jusqu’au lycée. Le seul parmi ceux de la cité aussi. David, Luis et Samira avaient dévié vers des bacs pro2 comptabilité ou service, Mehdi, Karim et Noredine s’étaient tirés en apprentissage, et les autres avaient purement et simplement disparu du circuit. […] La machine était en marche et elle était impitoyable et bien rodée : CAP ou déscolarisation pour les garçons de la cité. » (Adam, 2012, pp. 41-42)

Un peu plus haut se situent « les lotissements bas de gamme et les pavillons modestes » (Adam, 2012, p. 41) dont les habitants s’en tiennent à ce que les filles parviennent au « bac pro » et leurs fils obtiennent un « bac technique3 ».

Si, au contraire d’Éric, Paul n’a pas été exclu des invitations chez Thomas c’est parce que sa famille habite une maison au centre-ville : « Ma réponse vague mais rassurante (au centre-ville, madame) m’avait sauvé du pire » (Adam, 2012, p. 50). La raison en est probablement la chance qu’ont les enfants qui y vivent pour accéder à l’université.

Ce sont exclusivement « les enfants des résidences haut de gamme » (Adam, 2012, p. 42) qui ont le droit de faire leurs études aux « grandes écoles, écoles d’ingénieur écoles de commerce pharmacie vétérinaire médecine » (Adam, 2012, pp. 41, 42).

 

 

  

Figure 1- Le tableau de la position urbaine et la scolarité

 

En parlant de ces derniers, le narrateur ne se donne même pas la peine d’énumérer cette « poignée d’anciens camarades » (Adam, 2012, p. 231) qui sont devenus « ingénieur », « médecin » ou « avocat ». À part le prestige de leurs métiers, eux qui « n’étaient pas nombreux » (Adam, 2012, p. 231) avaient deux autres caractéristiques en commun : le quartier et les parents. Ceux-ci, étant pour la plupart « cadres supérieurs » ou « hauts fonctionnaires » ont bien sûr élevé leurs petits de la manière à ce qu’ils soient repérables sur Google :

« Un instant j’ai pensé à la poignée d’anciens camarades dont j’avais retrouvé les noms dans Google, ceux qui étaient partis loin, les ingénieurs, les médecins, les avocats. Oh ils n’étaient pas nombreux. Et venaient tous du même quartier : celui où avait grandi Thomas. Pour la plupart, leurs parents étaient cadres supérieurs, hauts fonctionnaires. Ou ils exerçaient les professions libérales habituelles. » (Adam, 2012, p. 231)

 

Thomas, au contraire, ne se catégorise pas dans cette minorité exceptionnelle. C’est le cas exemplaire de la machine de reproduction qui contient l’habitus familial, la serviabilité de l’école à l’égard des dominants et le marché du travail où le soutien financier de la famille et la reconnaissance institutionnelle de l’établissement scolaire s’allient pour former une classe d’élite sacré.

Encore dans le même roman, par les longues descriptions de Paul, de même que par les petites phrases de Stéphane, le romancier brosse le portrait d’un enfant issu d’une famille bourgeoise locale. Son habitus est constitué d’un appartement dans « une résidence Kaufman and Broad5, composition de pavillons cossus plantés autour d’un parc et d’une grande demeure Belle Époque qu’on nommait « le château » (Adam, 2012, p. 50) et ce fait qu’Éric « n’avait jamais été réinvité en présence des parents » (Adam, 2012, p. 50) pour les simples raisons qu’il vivait dans la cité et son « visage clairement métis » (Adam, 2012, p. 50) indique l’étendue de la surveillance de ses « fréquentations » exercée par ses parents :

« Thomas ne venait pas souvent, ses autorisations de sortie étaient moins larges que les nôtres. En plus de ne pas aimer les bars, ses parents n’appréciaient guère ce genre de soirées. Ni ce qu’ils nommaient ses ‘fréquentations’. » (Adam, 2012, p. 50)

L’image que peint l’auteur de Thomas se complète par les détails qu’il donne de son apparence. « Sa mèche de Mickey, son polo Lacoste et son sourire de gamin de bonne famille » (Adam, 2012, p. 77), « ses airs de minet bien coiffé, ses bonnes manières et ses vêtements choisis » (Adam, 2012, p. 50) brossent le portrait d’« un petit bourge » (Adam, 2012, p. 95) qui n’a pas de grands soucis pour connaître les succès académiques et professionnelles.  

 

 

Figure 2- Le tableau de l'habitus, la scolarité et le destin professionnel de Thomas (un membre de la classe dominante)

 

En retraçant la disposition urbaine de la banlieue et son rapport à la scolarité de ceux qui y naissent, l’écrivain déclare qu’il ne se borne pas à une analyse globale de la marge de la capitale française et s’implique à l’approfondir. Il sonde attentivement ce qui distingue les différentes cités étant toutes en bas de la pyramide sociale de la zone périphérique. Évitant de donner aucune explication sur celle qu’il appelle « V. », suggérant éventuellement le mot « vulgaire », il se contente de la localiser en disant que ses résidents sont « plus en lisières, plus excentrés » (Adam, 2012, p. 68) que ceux des autres zones de cette banlieue. La meilleure place de ces pires endroits pour vivre à l’agglomération parisienne est la cité appelée « Alouettes » où vivaient Patrice et Xing qui « s’étaient engagés dans des voies technologiques, préparant des bacs F6 qui les mèneraient à des BTS » (Adam, 2012, pp. 67-68). Selon le narrateur les enfants « des Alouettes, garçons comme filles, s’en sortaient beaucoup mieux » (Adam, 2012, pp. 67-68). que ceux des deux autres cités se situant entre « V. » et « Alouettes », dénommées « Acacias » et « Bosquets » dont les enfants étaient « abonnés au CAP ou à la déscolarisation pure et simple » (Adam, 2012, pp. 67-68).

 

 

Figure 3- Les cités et le parcours scolaire des enfants

 

C’est dans cette dernière qu’habitent Mehdi et Noredine. La scène décrite par le romancier où ils « sortaient du LEP et attendaient le bus pour rentrer aux Bosquets » (Adam, 2012, p. 68) met devant les yeux du lecteur la perspective professionnelle des gens qui traînent dans les rues des cités reculées de la banlieue de la métropole. Sachant que LEP est un livret d'épargne défiscalisé, réservé aux personnes à bas revenu qui n’exige que 30 euros de versement à l'ouverture, dont le plafond des dépôts est seulement 7,700 euros, sans aucun impôt ni aucune cotisation sociale ne s'appliquant aux intérêts, on se rend compte de ce que signifie « se fondre dans la masse, où ils étaient noyés depuis la naissance, comme chacun d’entre nous ici » (Adam, 2012, p. 77).

Mehdi et Noredine ne sont pas seuls à faire face à un tel sort. Dans un long fragment, Stéphane qui vient lui-même de perdre son emploi de caissier, fait une liste d’anciens camarades qui, à part Thomas qui « était un petit bourge » (Adam, 2012, p. 95), ont fini par devenir « policier », « chauffeur » ou « gardien » :

« Je veux dire regarde Yann, encore il s’en est bien tiré, il bosse au Casto7, mais les autres, Martin, William, David, ils ont vraiment galéré. Martin, à trente-cinq ans il était chez ses parents. Il a fini par se faire embaucher chez les flics. […] David il conduit un bus. Il fait le ramassage scolaire. […] Et William, tu devineras jamais : il est gardien à Fleury8. Je peux te dire qu’il en chie. » (Adam, 2012, pp. 94-95)

Cette hiérarchie saute de nouveau aux yeux à travers les propos de Stéphane lorsqu’il se reproche qu’il « a décorné sévère » (Adam, 2012, p. 95) en reconnaissant de ne pas avoir vécu la situation la plus dure possible. Cette seule affirmation du chômeur banlieusard, à elle seule, suffit à éclaircir le fossé qui sépare deux espaces périphériques voisins et la différence du niveau de vie de ceux qui habitent chacune de ces zones, l’une à côté de l’autre : « on n’a pas d’excuses. Je veux dire : on n’a pas grandi à la cité, avec des parents au chômage ou qui font des ménages et tout le bordel » (Adam, 2012, p. 95).

Ceux dont les parents « font des ménages » dans ces cités subissent ce qu’appelle Bourdieu « la violence symbolique » de l’école des dominants. Cette école nie les différences de publics, les différences entre habitus. Elle se montre indifférente aux différences, elle cultive le sous-entendu et l'implicite, accessibles en fait aux seuls « héritiers »9, ce qui mène à une acculturation spécifique des membres des classes dominées. Si le concept est surtout employé pour désigner les rapports entre sociétés développées et en développement, il s'avère pertinent dans la mesure où il désigne le processus de changement culturel résultant des contacts entre groupes de cultures différentes. À la différence des enfants des classes supérieures, les élèves éloignés de l'institution scolaire ont tout à y apprendre, et doivent réaliser, pour réussir, un véritable processus de déculturation. Donc, le système scolaire impose et légitime l'arbitraire culturel dominant. C’est la raison pour laquelle Pierre Bourdieu croit que les classes populaires sont soumises à une violence symbolique :

« Toute action pédagogique est objectivement une violence symbolique en tant qu'imposition, par un pouvoir arbitraire, d'un arbitraire culturel. » (Bourdieu, 1970, p. 18)

La pédagogie de déculturation, comme exemple des violences symboliques, a été traitée par le romancier tout au cours de son œuvre lorsqu’il met en scène le parcours et le destin des enfants banlieusards et surtout ceux de Patrice et Xing qui subissent de surcroît un fossé langagière qui sépare leurs familles et la société où ils étudient et travaillent. Les garçons « agités, colorés, mal habillés » (69) jouent au football dans la rue, qui trainent sur « les pelouses et [dans] les cages d’escalier » (42) et que Caroline n’est pas permis de fréquenter sont à l’antipode de la culture légitime qui règne dans l’école républicaine. La « longue planche de bois » (246) qu’a reçue Paul comme cadeau d’anniversaire à la place du piano qu’il avait réclamé démontre bel et bien à quel point les critères et les exigences de son père sont en conformité avec les attentes de l’école des dominants, gérée par un État serviable. En un mot, l’apprentissage scolaire est pour les enfants issus des couches inférieures comme se vider de ce qu’ils ont déjà appris et se remplir de ce qui est jugé légitime, standard, culturel et de bon goût :

« Un des effets les moins aperçus de la scolarité obligatoire consiste dans le fait qu'elle parvient à obtenir des classes dominées une reconnaissance du savoir et du savoir-faire légitime (e.g. en matière de droit, de médecine, de technique, de divertissement ou d'art), entraînant la dévalorisation du savoir et du savoir-faire qu'elles maîtrisent effectivement (e.g. droit coutumier, médecine domestique, techniques artisanales, de divertissement ou d'art). » (Bourdieu, 1970, p. 57)

  1. L'attitude Doxique Des Dominés

La domination des détenteurs des capitaux est consolidée par l’attitude doxique des catégories inférieures de la société. Plutôt étudiée et appliquée aux champs spécifiques comme le champ religieux, le champ artistique ou le champ philosophique, Bourdieu la généralise à l’ensemble de la société car chez lui, la doxa contribue à la naturalité et la légitimité d’un ordre social établi. De cette façon, il introduit une dimension normative ou axiologique dans la notion de doxa :

« Les principes les plus fondamentaux d’un arbitraire culturel ou politique […] s’impose sur le mode de l’évidence aveuglante et inaperçue. » (Bourdieu, 1972, p. 300)

Nous observons au moins dans trois roman d’Adam des énoncés qui indiquent cette conception profondément gravée sur la mentalité collective des dominés. Dans À la bri de rien, Marie en racontant l’apathie, la fainéantise et l’abus des gens de son cercle d’amis, et d’elle-même bien entendu, pendant leur adolescence et la jeunesse, dit clairement que rien ne les attendrait à « l’avenir » : « le reste c’était l’avenir et c’était pas pour nous on le savait trop bien » (Adam, 2007, p. 107)

Ce désespoir vis-à-vis du futur qui ne sera pas, selon ces gens repoussés en marge, si différent de leur état actuel, l’auteur l’a exprimé dans sa Peine perdue en énumérant les trois partis impliqués : les élèves, les parents et les professeurs. Sarah, la concierge d’une auberge dans une ville portuaire, trouve, en parlant de ses amis du lycée, que « ni eux ni les parents » (Adam, 2007, p. 47) n’avaient l’air de « voir un problème » (Adam, 2007, p. 47) dans ce fait que tous les enfants « étaient à la ramasse » (Adam, 2007, p. 47). À ces enfants et à leurs parents, la jeune femme ajoute les professeurs qui « semblaient trouver […] inévitable » (Adam, 2007, p. 47) cette immobilité sociale et l’impossibilité d’un changement quelconque. « L’avenir » dans lequel Marie ne voyait aucune opportunité pour les personnes de son entourage, appartient d’après Sarah, aux « autres ». Toutes les deux jeunes femmes se sont résignées à la doxa inculquée et implantée par ces « autres » qui ne sont que les dominants :

« À l’école ils étaient tous à la ramasse mais personne n’avait l’air d’y voir un problème. Ni eux ni les parents. Qui y étaient à peine allés et pensaient qu’on avait besoin de ça pour s’en sortir, considéraient tout ce qui suivait le lycée d’un mauvais œil. Un truc pour les autres. Quels autres ? Même les profs semblaient trouver ça inévitable. Les notes pourries. Les orientations à la con. » (Adam, 2007, p. 47)

Cependant, il ne faut pas être jeune pour accepter sans résistance son sort. La mère de Paul et François, une femme retraitée dans Les Lisières, a également adopté cette attitude doxique. Quand François dresse la liste des métiers préférés de sa mère, il rappelle à son frère que leur mère ne voyait pas les gens de sa classe sociale en mesure d’y parvenir : « elle disait ça sans y croire bien sûr, parce que tu te souviens elle disait « tout ça c’est pas des métiers pour nous autres » (Adam, 2012, p. 227)

Cette fois-ci, ces « autres » sont eux-mêmes, les dominés qui doivent accepter leur destin. C’est pour cela que Pierre Bourdieu pense que la doxa est aliénante. C’est une conscience empêtrée, nous faisant vivre « le monde social comme le monde naturel et allant de soi » (Bourdieu, 1972, p. 234). Le dévoilement de la doxa nécessite, selon le sociologue, l’acceptation de la possibilité que le monde social soit autrement que tel qu'il est impliqué dans l’expérience du monde comme allant de soi. Ainsi, Bourdieu préconise les études phénoménologiques de « l’appréhension du monde social » comme « évident » :

« Il faut s'appuyer sur les analyses phénoménologiques de l'attitude naturelle c'est-à-dire de l'appréhension première du Inonde social comme allant de soi, naturel, évident, pour rappeler l'extraordinaire adhésion que l'ordre établi parvient à obtenir. » (Bourdieu, 1997, p. 206)

V.    Mériter Ou Hériter ?

Quels sont les thèmes supposés de considération éthique et comment les localiser dans une société mondialisée ? Hegel, Charles Taylor, Paul Ricœur et Axel Honneth trouvent les solutions à ces problèmes dans le thème philosophique de la reconnaissance. Mais, il ne suffit pas de dire simplement qu’il faut reconnaître tout le monde afin de réaliser une vie éthique. Plutôt, nous devons explorer les problèmes de « l’altérité » et de la « différence » qui sont présents dans le discours éthique et critique. Car, en effet, « la lutte pour la reconnaissance » et la « réalisation de soi » nécessitent forcément une rencontre avec l’Autre. L’institution scolaire que l’on pensait capable d’introduire une forme de méritocratie en privilégiant les aptitudes individuelles par rapport aux privilèges héréditaires, a transformé en réalité ceux qui héritent en ceux qui méritent, avec la complicité de l’État qui a depuis longtemps insisté sur l’idéologie du don pour légitimer l’ordre établi.

Dans deux ouvrages, ayant chacun un Paul à la fois différent et semblable comme personnage principal, le romancier anticapitaliste attaque durement le mythe de la méritocratie inlassablement propagé par le capitalisme qui domine le monde actuel. Les frères des personnages principaux de deux romans, défenseurs de l’ordre établi, prononcent la devise d’un État géré par les dominants, riches plus ou moins en tous les capitaux et spécialement en capital économique.

Dans Une partie de badminton, la seule présence de François, à la suite d’une rencontre accidentelle chez leur mère, aboutit à une discussion pas tellement amicale entre l’aîné bourgeois et le cadet socialiste. Le narrateur rappelle la « règle de conduite » de François, ce qui suffit à Paul de qualifier son frère d’« un parfait salaud » :

« Il n’avait eu que ce qu’il méritait. C’était d’ailleurs un des préceptes de François. Sa règle de conduite. Dans la vie on avait ce qu’on méritait et on méritait ce qu’on avait. La définition même du parfait salaud, soit dit en passant. » (Adam, 2019, p. 118)

C’est dans un autre fragment du même roman que Paul réplique à ceux qui pensent que la richesse et la pauvreté sont étroitement liées « au mérite, au travail, au courage, au talent » (Adam, 2019, p. 127). Il se dit, un peu en colère, en entendant les conseils de ses parents et ceux de sa compagne, lui rappelant l’exigence « d’enseigner à ses enfants la valeur de l’argent » (Adam, 2019, p. 127), qu’il ne trouve pas d’exacte corrélation entre l’argent et « l’utilité sociale » :

« Depuis quand l’argent qu’on gagnait était-il corrélé au mérite, au travail, au courage, au talent, au dévouement, à l’utilité sociale ? Les contre-exemples ne manquaient pas. » (Adam, 2019, p. 127)

Lorsque Paul, dans Des vents contraires, réfléchit, en raison de la présence de Bréhel, personnage représentant un exclu social, aux crises de son pays, aux « vieux relents de travail famille patrie, assortis d'une impunité vulgaire » (Adam, 2009, p. 110), à ce qu’« on triait les étrangers comme du bétail » (Adam, 2009, p. 110) et au « peuple hypnotisé » (Adam, 2009, p. 110), il raille les devises du système capitaliste qui encouragent les individus à travailler davantage pour mieux vivre et selon quoi s’ils sont privés de confort et de stabilité économique c’est parce qu’ils ne le méritent pas. Son ton ironique révèle à quel point le narrateur gauchiste y croit :

« On se gargarisait de quand on veut on peut et d'on a que ce qu'on mérite, on agitait son pognon sous le nez des pauvres, s'ils en voulaient plus ils n'avaient qu'à travailler plus, tout le monde voyait ça c'était comme le nez au milieu de la figure. » (Adam, 2009, p. 110)

VI.           Un Avenir Repoussé

Selon Olivier Adam, la mobilité sociale qui mesure la circulation des gens dans la dans la hiérarchie sociale et qui montre la fluidité sociale en estimant la probabilité pour un individu d’obtenir telle ou telle position sociale, comme nous allons voir à la section suivante plus en détail, non seulement n’a pas été réalisée mais au contraire, les positions sont restées figées d’une génération à l’autre.

Cette immobilité favorite des dominants, légitimée par l’école et favorisée par l’État est clairement expliquée à travers la description faite par l’auteur de l’atmosphère de la zone périphérique et le lien qu’il établit entre celle-ci et la métropole, les incarnations urbaines de la marge et du centre, les lieux dont les habitants sont loin du pouvoir et l’espace dont les résidents sont proches des ressources économiques, le modèle symbolique des dominants et dominés.

En décrivant « le centre-ville [qui] était désert » (Adam, 2012, p. 35) et en ajoutant que « tout le monde était au boulot ou en cours » (Adam, 2012, p. 35), l’auteur déduit bien justement que l’on n’a presque aucune chance de trouver un emploi à l’endroit où l’on vit quand on est banlieusard de la même manière que l’on ne peut faire des études supérieures qu’aux grandes villes. Il ne s’empêche même pas de mentionner le nom de la capitale : « une bonne partie de la ville travaillait ou étudiait à Paris ou dans d’autres villes alentour » (Adam, 2012, p. 35). Si en marchant vers le centre-ville, le narrateur ne voit que quelques « petits vieux » et « mères au foyer », ces dernières étant « de plus en plus rares », c’est parce qu’il ne se passe rien dans la ville et elle est dépourvue de toute activité économique et industrielle. Précisément parlant, les activités qui mènent à une sorte de prospérité économique se déroulent aux autres lieux urbains qui sont plus favorables aux classes sociales supérieures et plus distants des catégories économiquement inférieures : « Quand V. s’activait c’était ailleurs. » (Adam, 2012, p. 36)

Cet « ailleurs » où l’on pourrait mieux étudier, plus confortablement vivre et plus facilement trouver du travail est l’endroit duquel on revient « à la tombée du jour, à l’heure du diner » (Adam, 2012, p. 35). L’écrivain, se plaignant que « la ville se vidait d’elle-même » (Adam, 2012, p. 35) pendant la journée, ne fait pas attendre son lecteur pour en connaître la raison. Même lorsque la ville « se remplirait » (Adam, 2012, p. 35) vers la fin de la journée, il n’y aurait rien à faire pour les jeunes. En le déplorant, le narrateur dénonce ouvertement que non seulement les possibilités d’études et d’embauche sont les moindres dans sa banlieue natale mais les facilités de divertissement sont au minimum à quelque vingt kilomètres de Paris :

« Le soir les plus jeunes s’y emmerdaient ferme, tout dormait au son des téléviseurs allumés et des volets clos, à part les stades de foot les terrains de basket rien ne s’animait, il n’y avait plus qu’à se morfondre, à s’enfermer face à son ordinateur, à faire des conneries pour passer le temps. » (Adam, 2012, pp. 35-36)

Sur une telle toile de fond, le romancier fait ressortir la relation entre deux éléments étroitement liés : école et reproduction sociale. En nous parlant de ces gens dormants « au son des téléviseurs allumés » (Adam, 2012, p. 35) ou assis « face à [leur] ordinateur » (Adam, 2012, p. 36), il pointe du doigt vers une fonction fondamentale de l’école conçue par les dominants : ajourner la désillusion sur le futur ou plus précisément parlant sur un futur qui ne viendra jamais ou presque.

Pour le faire, d’après Pierre Bourdieu, le système scolaire utilise les filières de relégation, comme la littérature, les sciences humaines et psychologie qui sont consacrées aux classes défavorisées et abritent les exclus de l'intérieur. En effet, l’école garde ces élèves à l’intérieur d’elle-même pour différer leur élimination. Cela consiste en des procédures d'orientation et de sélection de plus en plus précoces et tend à effectuer des pratiques d'exclusion douces et insensibles, à la fois graduelles et imperceptibles :

« L'École exclut comme toujours, mais elle exclut désormais de manière continue, à tous les niveaux du cursus [...] et elle garde en son sein ceux qu'elle exclut, en se contentant de les reléguer dans des filières plus ou moins dévalorisées. » (Bourdieu, 1993, pp. 601-602) 

Le romancier a subtilement brossé, en un seul paragraphe, un tableau diurne de même que nocturne de la banlieue, a tout brièvement énoncé les raisons de cette situation désagréable, a délicatement retracé la distance et le rapport du centre et de la marge, a haut et fort dénoncé les promesses qui ne sont pas tenues par les institutions qui étaient en charge de les réaliser aussi bien que le mirage dépeint par celles-ci pour illusionner ceux qui avaient l’espérance pour un avenir moins difficile en faisait confiance à l’école :

« Il n’y avait plus qu’à […] repousser l’avenir qui n’avait rien d’attirant, pour ce qu’on pouvait en voir en contemplant ses parents et ceux des copains : au collège au lycée on parlait d’élargir les cerveaux mais le temps se chargerait bien vite de les réduire au minimum syndical. » (Adam, 2012, pp. 35-36)

« Élargir les cerveaux » n’est pourtant pas le seul engagement de l’école. Délégué par l’État, l’établissement scolaire a pour mission d’inculquer un certain nombre de dogmes, dont l’« excellence », le « mérite » et le plus important « la République ». Les postulats qui servent d’éléments de base de l’idéologie républicaine. Mais sur quoi ces postulats implantés, soutenus et propagés par le système d’enseignement déboucheraient-ils ? Un avenir « repoussé » ou « nulle part » ? Adam ne connaît que deux aboutissements pour « ces voies » : soit le « garage », soit les « sections surchargées ». Pour mettre en exergue le fonctionnement de l’alliance qui réunit l’école, l’État et la classe dominante de la société, l’auteur socialiste associe les postulats de l’école républicaine aux fins sur lesquelles débouchent « ces voies » préconisées à la fois par l’institution scolaire, le pouvoir politique et les parents :

« On y croyait ferme, aux voies de l’excellence, au mérite, à la République. On y est tous allés comme un seul homme, dans ces voies de garage, ces sections surchargées qui ne menaient nulle part. » (Adam, 2012, p. 232)

VII.       La Désillusion De La Mobilité Sociale

Tout ce que nous venons de dire au sujet du fonctionnement de l’école, des mesures prises par les dominants pour stabiliser leur supériorité et du rôle de l’État vont à l’encontre de la mobilité sociale. Désignant le changement de position sociale d'une personne par rapport à celle de ses parents (mobilité sociale intergénérationnelle) ou au cours de sa vie (intragénérationnelle), la mobilité sociale est un concept sociologique qui analyse la circulation des individus entre les différentes positions de l'échelle sociale. Les sociétés actuelles n’ont pourtant rien en commun avec cette utopie tant souhaitée par l’homme moderne. C’est avec ces termes qu’exprime Pierre Bourdieu dans ses Raisons pratiques sa déception de voir ces sociétés « ouvertes » réalisées :

« Tout mon travail montre que dans un pays dont on disait aussi qu’il s’homogénéisait, qu’il se démocratisait, etc., la différence est partout. Et aux États-Unis aujourd’hui, il ne se passe pas de jour sans qu’une nouvelle recherche apparaisse qui montre la diversité là où l’on voulait voir l’homogénéité, le conflit là où l’on voulait voir le consensus, la reproduction et la conservation là où l’on voulait voir la mobilité. Donc la différence (ce que j’exprime en parlant d’espace social) existe, et persiste. » (Bourdieu, 1994, p. 23)

À l’instar du sociologue, le romancier malouin traite, à travers presque la majorité de ses personnages, la désillusion de tous qui rêvaient de la réalisation du « déplacement vertical » (Bourdieu, 1979, p. 169) de ceux qui sont sous la pression des couches supérieures. Sarah, une jeune femme qui fait le ménage dans une auberge au bord de la mer, en réfléchissant à cette époque-là, indique « quitter le coin pour Paris ou ailleurs » (Adam, 2014, p. 48) comme un indice de changement dans la vie ou au dire du sociologue un signe de la mobilité sociale. Pour Sarah, qui met « quitter le coin » à côté de « faire les études », « un bon salaire », « un job haut de gamme » et tout brièvement « une autre vie », cette « autre vie » ne se réalise pas dans la ville portuaire qu’a imaginée Olivier Adam dans sa Peine perdue :

« Si elle réfléchit bien elle ne connaît personne de ce temps-là qui ait même songé un jour à être un bon élève, à faire des études, à quitter le coin pour Paris ou ailleurs. Un bon salaire, un job haut de gamme, une autre vie. » (Adam, 2014, p. 48)

Cet avenir si désespérément attendu se reflète également dans la description que fait Marie dans À l’abri de rien de la ville où elle a grandi et dans laquelle elle vit toujours. Si « tout dormait au son des téléviseurs allumés et des volets clos [et] il n’y avait plus qu’à se morfondre, à s’enfermer face à son ordinateur » (Adam, 2012, pp. 35-36) dans la banlieue parisienne de Paul des Lisières, les habitants de la ville natale de Marie, « en attendant » ce futur promis et à la fois ambigu n’ont qu’à « se saouler la gueule et à oublier la pesanteur des choses » (Adam, 2014, p. 107). Pour elle aussi, un regard sur la situation de la ville et la vie que mènent ses résidents explique l’absence d’aucun changement même d’une génération à l’autre :

« Il suffisait de regarder autour de nous, nos parents et ceux des autres et toute la ville qui ne pensait qu'à se saouler la gueule et à oublier la pesanteur des choses en attendant on ne savait quoi et on ne saurait jamais de toute façon, rien de tout ça n'avait le moindre sens il fallait juste danser et rire et boire et se frotter jusqu'à l'étincelle et que le feu prenne et nous emporte. » (Adam, 2014, p. 107). 

Le tableau de la mobilité sociale en 1993, la même décennie que les personnages d’Adam ont vécu leur adolescence et jeunesse, qu’a inclus le sociologue dans ses « Stratégies de reproduction et modes de domination », parues dans les Acte de la recherche en sciences sociales10 démontre l’échec de toutes les tentatives des individus et des États modernes pour concrétiser le rêve de la mobilité sociale.

 

Figure 4- Pierre Bourdieu, « Stratégies de reproduction et modes de dominations », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 105, décembre 1994, p. 5.

En faisant un survol sur le haut de ce tableau, on constate que 25 % des enfants des agriculteurs exploitants n’ont fait aucun choix que celui de leurs pères et 35 % d’eux sont restés dans la même classe sociale tout en effectuant une mobilité horizontale pour devenir « ouvriers ». Presque la moitié (45 %) des enfants dont les pères étaient ouvriers ont choisi le métier de ces derniers. Le point commun de ces deux fractions sociales est le faible taux (10 %) des enfants issus de ces familles qui sont parvenus à la position de « cadre » ou « profession intellectuelle supérieure ». Dans ces deux groupes, les nombres évocateurs de ceux qui ont pu être « artisan, commerçant, chef d’entreprise » sont successivement 8 % et 9 %.

Ce parcours est attesté par les chiffres du bas du tableau montrant que 85 % des agriculteurs exploitants avaient des pères exerçant le même métier. Cela va de soi quant à 56 % des ouvriers. On voit clairement que seulement 7 % des gens qui sont devenus artisans, commerçants et chefs d’entreprise et seulement 13 % de ceux qui ont accédé au statut d’un « cadre » ou à une « profession intellectuelle supérieure » avaient des pères « employés » : un très faible déplacement « transversal » (Bourdieu, 1979, p. 169).

Ce qu’a fait Olivier Adam dans l’ensemble de son œuvre est la traduction romanesque de la table qu’a insérée le sociologue dans ses Raisons pratiques et que l’on a modifiée pour exposer le faible taux de mobilité sociale. Les statistiques que les sociologues, dont Bourdieu, ont fournies et affichées sur une longue période révèlent la futilité de tous les programmes et toutes les tentatives pour réaliser le rêve de l’augmentation de la qualité de vie de ceux qui se trouvent en bas de la pyramide du pouvoir étant démunis de capitaux.

 

Figure 5- « Espace des positions sociales et espace de style de vie », Raisons pratiques : sur la théorie de l'action, 1994, p. 17.

La comparaison de la masse d’enfants qui ont été figés non seulement dans la même classe sociale que celle de leurs parents mais dans la même géographie où ils sont nés et ont grandi avec de rares individus qui ont réussi à affronter la destinée que les dominants leur avaient assignée, prouve le caractère surréaliste de toutes les promesses que l’État et l’institution scolaire avaient faites pour favoriser des déplacements verticaux et par conséquent élever le niveau de vie des couches inférieures de la hiérarchie sociale :

« Ils vivaient toujours dans le coin pour la plupart, les jumeaux bossaient dans le secteur automobile, l’un était vendeur l’autre travaillait en atelier de carrosserie, Cédric était dans la communication, ce qui bien sûr ne voulait rien dire, pouvait recouvrir à peu près tout et surtout n’importe quoi, Fred était steward sur long courrier et Nadège vivait en Chine depuis dix-sept ans. » (Adam, 2012, p. 130)

Cet ordre, si stable, si résistant, si efficace, n’est pas uniquement au service de l’État mais plutôt et avant tout fonctionne au profit de la classe dominante car l’État même est stipendié par la classe dominante. C’est celle-ci, comportant la haute bourgeoisie, les hauts fonctionnaires, les cadres supérieurs, les professions libérales opulentes, les grands commerces, les industriels et même les professeurs supérieurs, qui imposent leur idéologie et leurs dogmes, non seulement aux couches inférieures de la société mais à l’État même. C’est eux qui reconnaissent un certain type d’art comme prestigieux et un autre comme médiocre, qualifient une mode vestimentaire valorisante et une autre humiliante, jugent un genre cinématographique enrichissant et un autre ridicule, estiment un sport digne d’être pratiqué et un autre laissé à la foule, déclarent une décoration luxueuse et une autre sans finesse et enfin valorisent les diplômes et rendent un métier honorable ou sans mérite. Tout cela, selon Olivier Adam, dépend de la volonté de ces dominants sans que ni les dominés ni les institutions d’État puissent rien y faire :

« C’était la règle générale, elle était établie depuis longtemps, les classes dominantes s’employaient depuis toujours à la maintenir en l’état, à l’entretenir, la huiler, la lubrifier, la visser, la perfectionner, et ni les politiques ni l’école n’y pourraient jamais grand-chose. » (Adam, 2012, pp. 41-42)

VIII. CONCLUSION

Le miroir de la France dans une période charnière, en passage du XXe au XXIe siècle, l’œuvre d’Olivier Adam est, à travers un monde peuplé des représentants d’un grand nombre catégories sociales, l’analyse d’une société hiérarchisée où les couches inférieures sont affligées par un système qui fonctionne au profit d’un élite minoritaire, soutenu par l’école et protégé par l’État, et au détriment d’une population majoritaire qui s’acharne, souvent en vain, à améliorer sa qualité de vie et à construire un avenir, sinon pour elle-même, au moins pour sa génération suivante.

L’importance de la stratégie d’investissement culturel a rendu l’école républicaine la colonne vertébrale de l’État moderne et le recours des différentes classes de la société, chacune à sa propre manière, à cette institution afin de maintenir, augmenter ou même convertir ses capitaux pour, soit conserver, soit modifier sa position sociale a conféré une prépondérance apparemment indiscutable à cette institution qui est tout sauf neutre à l’égard des occupants des différentes places de l’espace social.

Sans proposer aucun remède pour cette plaie du monde d’aujourd’hui, Adam n’épargne pas les classes défavorisées de leur rôle dans la formation de ce cycle. L’attitude doxique, comme celle de la mère de Paul et François, qu’elles adoptent face aux dominants concourt largement à la continuité de cette répétition intergénérationnelle. Ce n’est pourtant pas à ces couches sociales que le romancier s’en prend pour la durabilité de ce mécanisme discriminatoire. Il les considère visiblement dans son œuvre comme victimes auxquelles on pourrait au maximum reprocher leur passivité.

En revanche, c’est à l’école et l’État que sont adressées ses critiques venimeuses lorsqu’il raconte l’histoire de ceux qui ont été, physiquement et socialement expulsés en marge. La culture légitime implantée par l’école républicaine fonctionne comme un filtre qui note Thomas, qui habite au « château » avec les mêmes critères que Noredine et Mehdi qui vivent à « V. ». Situés à deux extrémités de la zone urbaine, ces enfants sont en réalité évalués non selon leur compétence et effort mais d’après le bagage culturel de leur famille, la stratégie de reproduction adoptée par celle-ci et leur lieu de vie.

De nombreuses explications données par les personnages des romans et d’innombrables descriptions de la morosité périphérique, faites par le romancier, dont celle qui a été citée dans ce travail, témoignent des chances inégales au centre, siège des dominants, et en « lisière », l’exil des dominés étant obligés de s’installer permanemment ou d’être dans un aller-retour constant pour étudier ou travailler. D’où, la seule ambition de l’entourage de Sarah ou Marie qui ne rêvent que de quitter leur ville à la recherche d’une « autre vie » : l’insuccès de la répartition équitable de la richesse et l’échec du projet de la mobilité sociale.

Concentré sur cette dernière notion, ce travail n’a pas abordé la manière dont le romancier retrace la hiérarchie de la société qui pourrait être la piste de recherches d’un autre article. Le scindement social effectué par l’auteur aurait été incomplète s’il n’avait pas traité la distinction des goûts des figures symboliques de multiples fractions présentes dans son œuvre. D’où l’exigence d’une autre étude ayant pour objectif une analyse minutieuse et détaillée de ces choix artistiques, décoratifs, médiatiques, vestimentaires et culinaires, à la fois distincts et différenciateurs. La partie où l’on a étudié « la doxa » crée un terrain propice à d’autres recherches visant d’autres habitudes des dominés qui favorisent la domination de ceux qui sont riches en un ou quelques-uns des capitaux.

Notes

[1]    Le certificat d'aptitude professionnelle est un diplôme français d'études secondaires et d'enseignement professionnel donnant une qualification d'ouvrier ou d'employé qualifié de niveau 3 enregistré au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) dans un métier déterminé.

[2]    Le baccalauréat professionnel est une des trois filières du baccalauréat français. Il a été mis en place par la loi programme du 23 décembre 1985 sur l’enseignement technologique et professionnel. Le baccalauréat professionnel est obtenu en trois ans après la fin de la classe de 3e des collèges ou 2 ans après le CAP ou le BEP.

[3]    Le baccalauréat technologique est l’une des trois voies du baccalauréat français. Il compte actuellement huit filières. La pédagogie des enseignements repose sur les raisonnements inductifs et l'expérimentation.

[4]     Le brevet de technicien supérieur est un diplôme national de l'enseignement supérieur français qui se prépare normalement en deux années après l'obtention du baccalauréat ou d'un diplôme de niveau 4 (IV) dans une section de technicien supérieur (STS).

[5]    Kaufman & Broad est une entreprise de construction et de développement immobilier français.

[6]    Les baccalauréats technologiques sont regroupés en trois séries : série G, série E et série F, cette dernière comportant les filières telles que microtechniques, électrotechnique, électronique, construction mécanique, génie-civil, etc.

[7]    Castorama est une entreprise française filiale de la société britannique Kingfisher, de grande distribution de bricolage, de décoration et d'aménagement de la maison.

[8]     Fleury Michon est une entreprise de l'industrie agroalimentaire française.

[9]    Les Héritiers, Les étudiants et la culture est un livre du sociologue français Pierre Bourdieu écrit en collaboration avec Jean-Claude Passeron où l'école est analysée comme une institution reproduisant les inégalités, les exigences et les critères du système d'enseignement jouant au détriment des classes défavorisées.

[10] Les Actes de la recherche en sciences sociales sont une revue scientifique française fondée en 1975 par Pierre Bourdieu à la Maison des sciences de l'homme (MSH) et avec son soutien.

[1]     ADAM Olivier, À l'abri de rien, Éditions de l'Olivier, Paris, 2007.

[2]     ADAM Olivier, Des vents contraires, Éditions de l'Olivier, Paris, 2009.

[3]     ADAM Olivier, Falaises, Éditions de l'Olivier, Paris, 2005.

[4]     ADAM Olivier, Les Lisières, Flammarion, Paris, 2012.

[5]     ADAM Olivier, Peine perdue, Flammarion, Paris, 2014.

[6]     ADAM Olivier, Une partie de badminton, Flammarion, Paris, 2019.

[7]     BOURDIEU Pierre, Esquisse d'une théorie de la pratique, Librarie Droz, Genève, 1972.

[8]     BOURDIEU Pierre, La Distinction. Critique sociale du jugement, Les Éditions de Minuit, Paris, 1979.

[9]     BOURDIEU Pierre, La Misère du monde, Éditions du Seuil, Paris, 1993.

[10] BOURDIEU Pierre, Méditations pascaliennes, Seuil, Paris, 1997.

[11] BOURDIEU Pierre, PASSERON Jean-Claude, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d'enseignement, Les Éditions de Minuit, Paris, 1970.

[12] BOURDIEU Pierre, Raisons pratiques : sur la théorie de l'action, Seuil, Paris, 1994.

[13] DARABI AMIN Mina, « Lutte symbolique des classes sociales dans À la recherche du temps perdu », in Revue des Études de la Langue Française, volume 7, Automne-Hiver 2015, n˚13.

[14] KARIMIAN Farzaneh, BAKHSHI Donya, « Les Romans durassiens à la Lumière de la Théorie Pratique de Bourdieu », in Recherches en Langue et Littérature Françaises, volume 13, Automne & hiver 2019-20, n˚24, pp. 81-104.

[15] RAOUFZADEH Tayebeh, KEYFAROKHI Mehrnoosh, « Étude du discours de la domination dans Les Gardiens de Varazil de Gholam-Hossein Sa’edi », in Plume, volume 15, Automne-Hiver 2019-2020, n˚ 30.